3xB : Bubbles & Beers in Brussels - 2011

Publié le par Satyre

Nemo01

L’année dernière, j’avais organisé un WE à Nemo pour une amie et j’avais proposé à d’autres amis de se joindre à nous. L’amie en question était Nymphette et notre amitié a évoluée durant ce WE dont je vous ai déjà parlé ici.

Donc cette année, ce voyage avait un gout particulier. C’était donc notre anniversaire et aussi le premier événement que nous organisions sous la bannière World AdventureDivers.

Comme l’année dernière, j’en ai parlé autour de nous, et via Facebook ainsi que d’autres réseaux et c’est ainsi que nous nous sommes retrouvé avec un groupe de 18 plongeurs (y compris les deux organisateurs). La contrainte principale a été de fait un plus grand besoin de coordination et la nécessité de réserver en avance avec Nemo33. 

 

 

Nous avions prévu de plonger Vendredi soir (pour tous ceux qui le souhaitaient et qui étaient au moins Advanced Open Water) et Samedi, nous avions convenu de faire 2 plongées.

Les aléas de la réservation étant ce qu’ils sont (j’ai contacté Nemo33 assez tard), le RDV samedi était à 12h00 pour le repas. La 1ère plongée était prévue à 14h et la 2ème plongée se ferait à 19h00.

 

 

Le groupe était composé d’un Sénégalais, de trois Français, de quatre Belges, un Canadien, trois Anglais, une Bulgare, un Roumain, une Estonienne, une Allemande et un Américain.

 

Pour ce qui est des niveaux, la majeure partie des participants avaient des certifications PADI (AOWDx6, OWDx2,), SSI (AOWDx1), FFESSM (N2x1) et FEBRAS (N1x1). Nymphette est PADI Rescue et moi je suis PADI OWSI et aussi FESSM N3. Quatre des participants n’avaient jamais plongé et souhaitaient faire un baptême, une autre n’avait pas plongé depuis plusieurs années et de ce fait voulait faire un refresher avec focus sur le vidage de masque car elle avait du mal avec la dissociation bucco-nasale et enfin pour quatre des plongeurs certifiés, se fut l’occasion de suivre un cours PADI Enriched Air Diver (Nitrox).

Nous (le Canadien, deux copines, Nymphette et moi) partîmes de la Porte Maillot, le Vendredi aux alentours de 16h00 et à notre grande surprise, les bouchons et autres péripéties du trafic autoroutiers nous ont épargné et de ce fait nous arrivâmes à Bruxelles vers 19h. 

Plutôt que d’aller directement à Nemo33 et attendre 2h30 avant la plongée de nuit (prévue à 22h00), nous fîmes le choix d’aller casser la croute en centre ville. L’année dernière nous avions repéré par le plus grand hasard un bar-restaurant très plus sympa qui brasse sa bière.

19h45, nous voilà arrivés à destination, je gare la voiture dans une rue attenante, et nous prenons soin de ne rien laisser en évidence dans la voiture. Pour ne pas être embêtés, les sacs sont laissés dans le coffre, à l’abri des regards et seuls les appareils photos et leurs caissons respectifs sont sortis.

L’ambiance du bar est telle qu’elle était dans notre souvenir, simple, sympathique et très chaleureuse. Après une collation accompagnée avec modération d’une bière comme il se doit, nous quittons le bar pour rejoindre Nemo33.Ils ont été complètement vidés au sol et le contenu un peu dispersé. Je tourne en rond, mais je ne trouverai pas le mien L.

Nemo02

 Arrivés devant la voiture, une mauvaise surprise nous attend. Le déflecteur arrière gauche est brisé… La lunette arrière qui protège l’accès au coffre est de travers et une fois le coffre ouvert, il manque trois sacs sur cinq : mon sac de plongée et celui des deux filles. Le sac de Nymphette avec son ordi est toujours là, mon sac photo + ordi aussi ainsi que celui du Canadien. Les filles sont effondrées, moi j’encaisse le coup… Un passant nous recommande d’aller regarder dans la station de Metro à proximité où les malfrats se débarrassent souvent des fruits de leurs larcins dont ils ne savent que faire… Après cinq minutes de recherche, je retrouve les sacs des filles. Vérification faite, il ne manque dans le sac de filles que les serviettes et le gel douche. Un magnifique pendentif en argent dans un sac et l’ordinateur de plongée dans l’autre sont retrouvés. J’ai moins de chance. Je suis dégouté, dans mon sac il y avait mes trois ordis (Suunto Vytec et DiveRite Nitek Duo), deux backups lights, une poche de cuisse pour combinaison humide, mon lycra, mon carnet de plongée, deux serviettes microfibres, un analyseur Nitrox, un DiveRite wetnotes, un DVD PADI Enriched Air Diver, un compas Suunto SK-7, etc…. bref rien de bien utile pour le malfrat du coin et qui en plus du cout financier a aussi une valeur sentimentale inestimable.

Direction la Police pour porter plainte après avoir prévenus nos amis qui sont à la fosse afin qu’ils ne nous attendent pas. Le fatalisme, réalisme du policier est sidérant : "Voiture française, dans cette rue mais Monsieur c’est normal !" L. Ceci étant, il est très compréhensif et nous fournira de quoi colmater l’ouverture.

Quelques heures plus tard on rejoindra Rachel chez elle ou nous retrouverons également son compatriote, Howard. Ils se sont retrouvés pour la plongée de nuit et bien qu’ils ne se connaissaient pas, se sont reconnus et ont plongé ensemble. Howard est un jeune Anglais qui Nymphette a rencontré au Guatemala et a qui j’ai fait passer le PADI Advanced Open Water. J’essaierai de me consoler de la perte de mon carnet de plongée en savourant une délicieuse bière belge mais qui avait ce soir là un gout bien aigre. Dans mon malheur, j’ai quand même la satisfaction de n’avoir pas vu disparaitre mon reflex, ni mon ordinateur portable et idem pour Nymphette.

Samedi matin, réveil, branle-bas de combat, nous sommes attendus à 12h00 et nous ne sommes pas en avance. Je dépose Rachel et Nymphette à Nemo33, pendant que je vais retrouver Danny, notre ami Canadien. Ensemble, nous prenons la direction du Carrefour pour que je m’achète un maillot de bain et aussi (et nous sommes tous les deux concernés) des bières. J

On rejoint ensuite le centre de plongée. Nymphette s’est occupée de l’accueil de nos plongeurs et tous sont quasiment déjà là. S’en suit une belle perte de temps pour payer, entre les autres groupes, les sollicitations du responsable de la cuisine et enfin l’appareil à Carte Bleue qui ne fonctionne pas. A cela s’ajoute le fait qu’après le vol d’hier, je n’ai plus de cartes de plongée, donc il faut aller vérifier sur le site PADI Pro pour vérifier que je suis bien un instructeur. Ensuite, il faut que je collecte l’ensemble des cartes de niveaux pour les plongeurs et que je ramène le tout à la loge avec la constitution des buddy teams. De plus, deux des inscrits ne sont toujours pas présents bien que nous ayons réglé pour eux. Il s’agit de Klass et Aive que nous avons rencontré à Belize.

Nous installons tout le monde et le service commence. Klass et Aive arrivent à ce moment, donc un peu de flottement pour repositionner tout le monde. Le repas (entrée – plat de résistance – dessert) est abondant et délicieux. 

Nemo03

Il est important de noter que 3 plats de résistance sont proposés par défaut dans le menu donc il est possible de gouter à des plats différents. On se régale mais le temps passe vite et là, le responsable du magasin nous propose de nous servir le dessert après la plongée. C’est top, on n’a plus à se presser pour le dessert.

13h45, on se dirige vers l’escalier qui donne accès aux vestiaires. Hetram, un des candidats au Discovery Scuba Diving (DSD) nous quitte pour aller acheter un maillot de bain (il a oublié le sien). Après que tout le monde se soit changé, nous nous retrouvons au bord du bassin pour écouter le speech du directeur de plongée en Flamand, Français et en Anglais.

Nemo04 Nemo05

 

Je débute ma présentation devant mes élèves du jour : 2 garçons, 3 filles. Quelles sont leurs motivations ? Ont-ils eu des expériences préalables (snorkelling) ? Et bien sur le programme des exercices :

  • respirer sous l’eau
  • vider un masque avec de l’eau jusqu’au bas des yeux
  • utiliser du gilet en surface et un tout petit peu sous l’eau
  • palmer (oui, c’est utile)

Le tout accompagné de messages sur la sécurité, je fais la démo, vous regarder et vous ne faites le geste qu’à ma demande expresse. Bien sur, nous abordons l’égalisation des oreilles, j’insiste sur le fait de ne jamais au grand jamais bloquer sa respiration et de ne pas remonter non plus comme une balle.

La cloche retentit, nous avons le droit de nous équiper. C’est la course pour récupérer le matos pour tout mon monde. Je ne m’en sors pas trop mal vu que nous plongerons tous avec des Legend. On a un peu plus de mal pour trouver un gilet adapté au petit gabarit d’Aline. Je commence par l’équipement, j’explique comment dois être gréé chaque pièce, je vérifie que chacun le fait, etc. puis nous nous mettons à l’eau. 
Nemo06 Bien sur je me place de manière à avoir le côté profond dans mon dos, mes élèves en ligne en face de moi. Debouts, masque en main, ils pratiquent la Vasalva, puis je leur fait répéter la technique avec le masque sur le visage. Je m’assure que chacun a la sensation du "pop" dans les oreilles. Puis toujours debout, je leur explique le gilet, je gonfle, je dégonfle. Nous nous prenons par la main après avoir gonflé les gilets et nous nous allongeons dans l’eau tête en bas. Ainsi à la surface, tout le monde commence à faire ses premières bulles. Je trouve cette démarche très intéressante car a) l’élève en surface comprend que son gilet et aussi une bouée et b) il respire en ayant la tête sous l’eau en toute confiance.Retour en position debout, et remplissant mon masque d’eau, je leur fait la démo du vidage de masque. Chacun s’y essaie, avec plus ou moins de succès. Vient le moment de s’immerger. Je m’assure que tout le monde est OK (oui, je leur ai expliqué les signes), je fais travailler la Vasalva, etc… Je fais la demo du vidage de masque en insistant en décomposant bien chacune des étapes et là le carnage commence J.
Pour un des garçons et une des filles, ça passe comme une lettre à la poste, mais pour les trois autres, c’est une autre paire de manches. On essaie plusieurs fois, il y a quelques retours en surface (heureusement on est à genoux dans 1m – 1m50 d’eau. Après plusieurs tentatives, je fais travailler la Dissociation Bucco Nasale en surface. Pendant que je fais ça, le DP me propose de faire deux heures d’affilées plutôt que deux fois une heure. Bien entendu, je dis "OUI !". Tant bien que mal, petit à petit, entre pratique en surface et essais sous l’eau, les vidages de masque s’effectuent de manière sereine. Nous recevons même la visite des autres plongeurs du groupe à la fin de leur intervalle de surface. L’étape suivante est le lâcher-reprise d’embout. Je ne fais pas lâcher l’embout complètement comme pour l’OWD, je veux surtout m’assurer que s’ils perdaient leur embout, ils auraient le réflexe de faire des bulles. On voit les deux méthodes de purge soit en soufflant soit en appuyant sur le bouton de surpression. Nemo07

 

Nous voilà près pour une petite exploration, la première. Tout d’abord, on se promène dans la zone des 1m – 1m50. Ensuite je descends vers les 3m en rappelant à tout le monde de bien compenser les oreilles, les filles me suivent sans problème, Alex est super à l’aise mais Hetram a plus de mal. Il me fait signe qu’il a mal à l’oreille je l’invite à remonter un peu plus mais il se sent pas à l’aise. Je fais signe à tout le monde de remonter et j’aide Hetram à regagner la surface. Une fois en surface, il souhaite arrêter, je tente de le rassurer mais il a son compte. Je n’insiste pas et je le raccompagne vers l’escalier pendant que les autres m’attendent au niveau de la bouée des 10m. Je suis désormais avec une OWD (qui fait le refresher) et 3 DSD. Nous descendrons en nous aidant cette fois ci du bout. J’insiste pour faire des stops pour bien compenser. Vers 8m, alors que je suis dans une position acrobatique pour gérer les filles en DSD, Alex (le garçon en DSD) et l’OWD se détachent du bout et font une descente contrôlée. Alex utilise déjà son gilet pour ralentir sa descente. Nous tournons un peu dans la zone ouverte à 10 mètres. Je propose de rejoindre les poches d’air et vu que tout le monde est OK, nous rejoignons le sous-marin. On se redresse et je peux recueillir les premières impressions. Les visages sont barrés d’une large banane et les yeux pétillent. J’adore ces moments qui donnent tout son sens à mon métier d’instructeur. On discute un peu, ils sont émerveillés par le sous-marin et je demande qui souhaite aller voir la fosse de 33m. Alex est le premier volontaire, je demande aux autres de bien rester sur place pendant que je me dirige vers le puits de 33m suivi par Alex et l’OWD. Je dois m’arrêter, décapeler, resserrer ma bouteille sur le gilet (je n’ai pas du l’avoir fait correctement). Je repars avec Alex, je me positionne au dessus de lui pour tenir sa robinetterie et nous faisons un tour de la fosse, en jouant avec les bulles des plongeurs qui remontent (et nous empêchent d’en saisir la perspective). Alex est très à l’aise. Retour sous la cloche où nous retrouvons les deux filles. Je leur propose de traverser le tunnel. C’est ce que nous faisons et nous rejoignons la grotte. La décoration fait son petit effet J.

J’emmène ensuite tour à tour les filles au dessus du puits puis retour sous la cloche. Je propose à l’OWD de descendre à 30m. Nous ne ferons pas les exercices mais c’est déjà une première expérience de la profondeur nécessaire pour l’AOWD. Nous descendons donc jusqu’au fond du puits. Sachant qu’il ne reste pas une tonne de temps avant la fin de la deuxième heure, on ne s’attarde pas, on remonte lentement et nous retrouvons les DSD sous la cloche. Nous faisons le chemin inverse, retour dans le puits de 10m puis on se hisse sur les 5 mètres pour un stop de sécurité de 5 minutes avant de sortir. Petit complément de cours théorique sur comment on dégrée un bloc, le soin à apporter au matériel et retour au vestiaire.

 

Nemo08

Nous retrouverons nos amis à notre table sur laquelle nous attendent nos desserts J. Hetram est là lui aussi et semble content. Il avoue regretter d’avoir décidé d’arrêter mais souhaite réessayer la prochaine fois que nous organiserons quelque chose en Belgique.

Nous avons un peu plus de 2h avant la prochaine plongée, Klass et Aive vont à la recherche d’un appareil photo avec caisson dans Bruxelles tandis que Danny, Rachel, Howard et Glyn se rassemble autour de moi et de mon ordi pour le cours Nitrox. N’ayant plus d’analyseur Nitrox, nous utilisons le programme de simulation développé par PADI dans le cadre des cours en ligne. Pour l’aspect un peu plus pratique, je leur fais ouvrir la S80 qui est dans mon coffre pour une sensation du débit suffisant. Puis nous rejoignons de nouveau les vestiaires pour la dernière plongée de la journée. 

Nemo09 Nemo10

 

Nemo11 Nemo12

C’est du 100% fun pour moi, je prends des photos de Nymphette, on s’amuse un peu comme on peut et j’avoue être content de plonger sans le stress de la formation.

Nous sortons de Nemo33 plutôt contents et avant de se dire à l’année prochaine, nous prenons RDV au Delirium pour une nuit de dégustation d’autres bulles parfumées au houblon. Mais avant ça, tous les élèves Nitrox, Nymphette et moi allons chez Rachel pour finir le cours. Ensuite Nymphette et moi allons prendre possession de notre chambre d’hôtel et après une douche rapide, rejoignons le reste du groupe au Délirium en taxi.

Nemo13 Nemo14
Nous les retrouvons à l’étage, les bières sont déjà bien entamées et de 22h à 3h00 avec les derniers irréductibles nous savourerons différentes bières. Je rentrerai d’ailleurs avec deux beaux verres Délirium Tremens qui sont ornés d’éléphants roses. Nemo15

Le lendemain, marché aux puces pour les filles, les hommes optent pour une grasse matinée. On se retrouve ensuite pour un brunch et de là Nymphette se transforme en guide touristique pour nous faire découvrir les bâtiments art- déco de Bruxelles sous un beau soleil malgré le froid. La visite d’un musée art-déco était planifiée mais la queue devant (et le froid) ont raison de notre courage.

Nemo16 Nemo17

Vers 18h00 après une dernière halte dans Bruxelles, pour aller déguster des gaufres sur la Grande Place, nous prenons la route du retour.

Nemo18 Nemo20

Trois heures plus tard, nous nous séparons Porte Maillot, content de notre WE.

Bilan :

  • Comme l’année dernière un super WE, et de belles rencontres accompagnées de délicieuses bières.
  • 4 baptêmes en même temps c’est beaucoup, c’est même un maximum sans DM
    (Note à moi-même, demander à un instructeur plus expérimenté ou un CD comment il gère le ratio de 8xDSD en même temps)
  • Il va falloir trouver une bonne assurance vols de matériel de plongée car la facture grimpe vite surtout quand on est un plongeur Tek.

Publié dans Recreational

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article