Premières incursions cavernicoles françaises

Publié le par Satyre

 

Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-05

Depuis mon retour du Mexique, je trépignais d’envie d’aller découvrir les cavités françaises et notamment celles du Lot. J’ai bien lancé de-ci de-là des ballons d’essai mais rien.

Puis comme très souvent, c’est d’internet que vint la solution. Sur UFP, un certain Ludo91, propose le 09/12/2010 d’aller plonger à la Douix de Chatillon.

La Douix de Chatillon, je connais de nom car c’est le siphon école des plongeurs FFESSM Ile de France et Picardie. J’avais en son temps envisagé de faire ma formation avec eux. 

Finalement ce fut au Mexique que j'ai franchi le pas mais j'en suis bien content au final et aujourd’hui d’avoir une carte reconnue partout dans le monde. Je peux donc sans soucis plonger en Hongrie, aux USA ou aux Bahamas, entre autres must-do de la plongée sous terre. 

 Le fil sur UFP est l’objet de nombreux avis et il en ressort que la saison est mal choisie pour y aller. Il y aurait trop de courant et donc il ne serait pas possible d’entrer. On apprend le fameux dicton : “Si LE banc a les pieds dans l’eau, la Douix tu ne plongeras pas !”       

Mars arrive, le redoux et les beaux jours laissent espérer plus de succès. Le banc n’a plus les pieds dans l’eau donc on peut y aller. Le RDV est fixé pour le 09 avril 2011. Ludo se charge de la paperasse avec la mairie.

Le 09 avril aux aurores (08h30), je rejoins Ludo91 chez lui avec mon paquetage. Je gare mon carrosse dans la cour de son château et nous prenons la clé des champs, direction Chatillon sur Seine. Nous retrouverons sur site son binôme habituel, Doumes, qui a un compresseur portable donc on pourra faire deux ploufs ! 

Chemin faisant, nous deviserons, faisant ainsi plus ample connaissance. Les kilomètres défilent, un petit arrêt dans une station service sera l’occasion de faire des emplettes pour le casse-croute. Je prends deux canettes de jus d’orange (pas d’alcool entre les plongées) et de la charcuterie.

On arrive sur site après Doumes qui nous fait bien sentir qu’il nous attend depuis........ 20 minutes !!! 

Il fait super beau, le soleil brille et on a limite chaud. Bref, le temps idéal pour aller sous terre quand tout le monde sort profiter des premiers rayons de soleil de l'année.

Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-01
Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-06
Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-07 Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-08

Il a fait le tour des lieux, l’eau est claire et la source est sympa. Il y a beaucoup de badauds, le site semble être un point de promenade prisé dans le coin. Le seul hic c’est la proximité de certaines habitations. Le bruit du compresseur risque tout à l’heure de troubler la quiétude des environs. A chaque heure suffit sa peine et pour le moment c’est déchargement et préparation.

Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-09 Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-10
Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-11 Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-12

Ludo commence par faire des plans d’ensemble pour la vidéo. Le thème est Gangsta Rap ooo) avec comme musique d’intro le seul blanc qui sache rapper : Eminem ! (Je doute qu’il connaisse Public Ennemy le Ludo, n’en demandons pas trop)

Le bi, les dévidoirs et autres spools, les cookies et les flèches, les phares, le matériel de chacun des plongeurs est assemblé. Je profite du temps passé par Ludo pour bien caler son phare dans son nouveau caisson Mangrove tout joli tout beau pour jeter un coup d’œil à l’équipement de mes compagnons.

On a tous des 2x12L, le mien et celui de Ludo sont reliés par un manifold. Doumes a un 2x12L isolé, donc il est en respiration alternée. Cependant Doumes et moi avons un tuyau long (2m10) mais Ludo a opté pour un tuyau court :euh: :peur:. Pour le reste rien de très différent, sauf qu’en plus des phares à main, ils ont tous les deux des casques avec des loupiottes dessus.

Avant la mise à l’eau j’interroge les copains :

- Quels sont les signes que vous utilisez ?

- Bon on définit la Turn pressure ?

- On se fait un V-Drill et des S-Drills ?

Réponse : Que nenni ! Le signe pour le retour ben c’est ça pour le reste c’est tout pareil.

Je ne suis pas très rassuré. On est loin des principes que j'ai appris à appliquer entre Playa et Tulum. Ce n’est pas DIR tout ça (non pas que j’en sois un) mais j’aime bien une bonne partie de leur philosophie. Bon, je suis un plongeur formé donc je dois savoir faire face seul.    

 

Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-02 Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-04

Nos positions sont fixées par le metteur en scène, cadreur, scénariste, et cameraman, le sieur Ludo. Ca donne donc Doumes, moi et Ludo qui ferme la marche.

Nous nous immergeons et je suis Doumes. Je le vois s’engouffrer dans une faille et alors que j’approche, je sens le courant qui se fait de plus en plus fort. C’est donc ça ce que les autres sur UFP appelaient le venturi. J’essaie d’avoir un frog kick le plus efficace possible mais rien. Alors j’opte pour le phacochère kick  mais là encore rien. Je me n’arrive pas à pénétrer. J’abandonne, recule et me réengage en me déhalant sur le fond. Je finis par progresser difficilement et une fois à l’intérieur, je m’accorde quelques minutes pour reprendre mon souffle. Je vois Doumes, retourner dans l’étroiture puis en ressortir suivi de Ludo à qui il était allé donner un coup de main pour le caisson.

La première salle est sympa avec de belles vaguelettes sur le sol. Les phares s’en donnent à pleine joie pour éclairer le lieu et nous révéler sa beauté d’autant plus que la visibilité est tip top avec une eau cristalline. Nous débutons notre progression en suivant la chaine. Oui, vous avez bien lu, une chaine !!!  Je ne peux m’empêcher de me demander comment vais-je pouvoir mettre mes marqueurs d’orientation dessus. Ceci dit elle est quand même marquée cette chaine avec des étiquettes bizotées qui indique la distance et la direction de la sortie. De temps en temps, il y a des cordes qui partent vers la gauche ou vers le haut. Ca change du fil dans les cenotes. 

Comme prévu à quelques encablures de l’entrée, je laisse le bloc relais que j’avais avec moi qui contient du Nx70

(Note à moi même: en écrivant ces mots je me rends compte que l’on n’aurait pas pu l’utiliser car nous étions à -17m donc une ppO2 de 1,9 bars) 

On continue de remonter le courant et nous arrivons à une paroi verticale ornée d’un trou circulaire : l’œil du Hibou. Je comprends tout de suite le nom. C’est limpide et c’est vraiment ce que cela m’inspire. Le passage de cette étroiture est tout de même un peu sport. Non pas parce que ça coince mais surtout parce que derrière c’est comme une chicane.

Une fois l’obstacle passé par tout le monde, Doumes dépose son bloc supplémentaire : un Nx40 et nous continue dans une belle galerie qui se termine par un gros éboulis : la trémie.

(Note à moi même : pourquoi est ce que ça s’appelle ainsi ?)

Il y a un gros panneau qui indique : “Danger - Désobstruction en cours”. On essaye de voir s’il y a un passage déjà de fait mais ce n’est pas encore le cas. Ne serait ce pour ça on a une raison de revenir à Châtillon Sur Seine. On mate la galerie parallèle mais nous faisons le choix de faire demi-tour et revenir sur nos pas. Je jette un coup d’œil à mon mano et je suis de tout juste à ma turn pressure (je l'avais quand même calculée :dents:) soit 150 bars. Le retour est rigolo, on profite du paysage mais nous n’avons quasiment pas besoin de palmer. Le seul bémol, c’est que c’est plus chargé qu’à l’aller ce qui ne m’étonne pas, on a un peu tous labouré et les sédiments sont donc en suspension. J’essaie de trouver le bon trim et je me laisse flotter et emporter par le courant  :yaisse:. D’ailleurs au niveau de l’étroiture de sortie, il faut mettre les hydro-freins.

Je remonte en effectuant un petit palier de sécurité d’une minute à 5m puis je fais surface. Mes compagnons aussi et à ma surprise quittent aussitôt l’eau. Je m’attarde un peu comme j’en ai pris l’habitude pendant ma formation pour récupérer un peu avant de sortir de l’eau et me déséquiper. Sur ce point, il va falloir que je trouve le howto pour mettre et enlever mes gants étanches tout seul. 

On hésite à se déplacer, on a la flemme de tout remballer et après avoir retirées les combis, nous mettrons finalement les blocs à gonfler à côté du lavoir. La caisse de transport du compresseur fera elle office de table. Je sors mes jus d’orange tandis que Ludo dégaine une canette de bière et Doumes une bouteille de rouge. La vitamine C attendra et je trinquerai au houblon et au jus de raisin.

Pendant le repas entre saucisson et jambon, Doumes se donne un coup de cutter dans le bras. C’est superficiel mais ça saigne pas mal. On demande aux autochtones la direction de la pharmacie la plus proche.

Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-14
Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-13

 Ludo s’y rendra pour trouver la porte close (on est Samedi) et devra se rendre à la grande surface la plus proche pour trouver de quoi faire un pansement et désinfecter. Nous avons tous une trousse de secours qui est restée chez nous.

Bon an mal an les 2x12L se remplissent et en attendant, je fais mieux connaissance de mes compagnons du jour, de leur passion pour la tôle (chic) et de leur prochaine expédition dans le Lot, le WE où je serai à Lorient (glop!).

Le compresseur miniature (c’est un 4m3) ronronne parfaitement et fait son office, les blocs sont retopés et nous nous préparons pour la 2ème plongée de la journée. 

On se rééquipe et sous le regard mi admiratif mi interrogatif des badauds, on se remet à l’eau. L’objectif cette fois ci est double : récupérer les blocs relais et visiter les cloches. Doumes sera le vidéaste pour cette plongée et c’est donc Ludo qui récupérera son bloc derrière l’œil du hibou. Je l’accompagnerai tandis que Doumes restera de l’autre côté pour filmer notre sortie. Ensuite, nous irons voir les cloches.

Ludo part le premier, je le suis et cette fois ci le passage du venturi est beaucoup plus facile car je repère la chaine de part et d’autre et je n’ai plus qu’à me déhaler tout le long. Ludo va donner un coup de main à Doumes pour le caisson comme prévu puis nous reprenons notre progression. J’aime beaucoup les vaguelettes et mon œil essaie de capturer les détails du travail de l’eau sur la roche. La visi est déjà redevenue nickel. Nous arrivons au trou du hibou, je passe le premier, suivi de Ludo. Je l’attends pendant qu’il clampe la 7L. Nous faisons demi-tour et je sors le premier. Je fais un petit coucou à Doumes et je me place au dessus de lui, anticipant notre ascension vers la 1ère cloche. Ludo sort à son tour et à notre grande stupéfaction, se dirige vers le bas du puits. On essaie d’attirer son attention avec les lampes mais il est ailleurs :ccomca:. Du coup, Doumes et moi après nous être regardés, le suivons. Il nous attend dans la galerie. Je reprends la tête de la formation et je débute l’ascension vers la 2ème cloche. J’ai l’impression que je n’en fini pas de monter et c’est plus sinueux que sur les croquis que Doumes avait pris le soin d’imprimer avant de venir. Je fini par enfin voir le miroir annonçant la surface. Deuxième surprise c’est beaucoup plus étroit et moins grand que je me l’étais imaginé. Ceci dit ça reste tout de même sympa, très sympa même. On reste là tous les trois, histoire de s’en mettre plein les mirettes et d’imprimer les détails sur nos neurones puis on s’immerge de nouveau.  Quand j’atteins le bas du puits, je trouve la S40 de Nx70. Alors que je la clampe Ludo s’approche de moi par derrière (j’ai peur) et se met à se trémousser. Hé oh, dans quoi me suis je embarqué ?  Voila l’autre qui se met à mimer un coït sous l’eau. Au travers de quelques volutes d’azote, je comprends qu’il se la joue Gangsta Rap encore ! Ouf..., me voilà rassuré et pour faire bonne figure, je l’imite, le tout sous l’œil de la caméra tenue avec complicité par Doumes. 

Bon, assez déconné, il faut songer à rentrer. Ludo est devant, je le suis et toujours en planant (j’adore), nous rejoignons le venturi. Ludo s’engage dans l’étroiture puis soudain ça semble bloquer. Il force mais ça ne vient pas. Bizarre, il n’a pas enflé pourtant à moi qu’il ait pété dans sa combinaison.  Placé derrière lui, je comprends assez vite ce qui se passe, sa console (manomètre & boussole) est prise sous la chaine. Il tire encore sur le tuyau toujours sans succès. Je m’avance pour l’aider quand il a lui la brillante idée de reculer. Pour éviter la collision, je me positionne au dessus de lui en plein dans le passage du courant et me voilà aspiré. Parti pour parti, autant ne pas lutter et je suis donc le premier à sortir. Je regarde derrière et je vois arriver Ludo, donc tout va bien puis Doumes. On remonte gentiment, je refais un petit stop d’une minute puis une autre minute de repos en surface avant de les rejoindre sur LE banc.

Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-15 Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-16

On range le matos toujours sous le regard des touristes. L’un d’entre eux désire voir les images mais le caisson et l’appareil sont déjà dans le coffre. Il est vrai que mes deux compères sont plutôt pressés. Ils souffrent de déshydratation chronique.  Donc, on file vers le premier troquet du coin :biere:, où je ne tarde pas à réaliser à quel point je suis un petit joueur. Le temps qu’il leur faut pour descende chacun quatre demis, je peine à finir mon Picon bière.

Cave Chatillon-sur-Seine Douix 20110409-17

 

Les bonnes choses ont toutes une fin... On se sépare devant les voitures  :( . Doumes et Ludo valident mon entrée dans la phacochère team et je suis invité à me joindre à eux les prochaines fois (chic, chic et chic !!!).

Je roupille à moitié chemin faisant et nous arrivons sur la région parisienne vers 20h00. Transfert de matériel de la calèche de Ludo à mon carrosse, on se sépare la larme à l’œil, c’est tendre un Ludo, parole de Satyre !  Je rentre chez moi, fourbu, heureux, et des images plein la tête.

Comme le chewing-gum sous la semelle d’un RockBoot, une obsession me hante : “A quand la prochaine... ?”

Bilan :

- 2 plongées très sympas. C'est différent des cenotes et de leurs belles formations géologiques (stalagmites et stalactites) mais ici l’action du courant se fait plus sentir et produit un relief plus tourmenté. 

- 2 nouveaux copains.

- 1 lampe de backup toute neuve (et même pas testée) de noyée.

 

Je vous ai réservé le meilleur pour la fin avec la vidéo de cette journée bien sympa.

 

Publié dans Cave

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Doumes 14/04/2011 19:50



Bonsoir Satyre,


Sympa ce petit cr, ce n'était pas obligé de parler de ma blessure, et juste une petite rectif, en ce qui concerne mon bi il est lui aussi avec un manifold !


Bon c'est quand la prochaine, on avait un cinéaste, maitenant le journaliste et moi je fait quoi ?  bon dépéche toi de te libéré que nous allions faire un tour dans le Lot ensemble le Ressel
t'attend !!


 a plus Doumes